La Floride en famille : un road-trip de 19 jours à partir de Miami

0
voyage en Floride en famille

Une fois n’est pas coutume, nous avons délaissé l’Asie du Sud Est le temps d’un été. L’idée : survoler l’«autre» partie du globe et découvrir la Floride en famille !

Nous n’étions pas vraiment fixé sur l’état des États-Unis qui aurait notre préférence. Disons que c’est l’occasion qui a fait le larron ou plutôt le billet d’avion qui a fait la destination !

Après une recherche de longue haleine sur tous les comparateurs de vols (et, oui c’est mon passe-temps favori, mon côté tête-chercheuse), j’ai trouvé des billets à 461 € par personne pour Miami avec la compagnie Iberia.

À ce prix-là, plus question de se défiler, la Floride nous tendait ouvertement les bras. Le genre d’appel du pied qui ne se renouvelle pas. Surtout pour des tarifs de billets d’avion en plein mois d’août !

Il ne me restait «plus qu’à» monter l’itinéraire idéal pour satisfaire petits et grands. Mais que et/ou quoi privilégier pour réussir son road-trip en Floride en famille ?

Organiser son voyage en Floride en famille

En toute franchise, j’étais surtout inquiète du budget d’un voyage aux États-Unis. Habituée aux hôtels à bas prix et aux dépenses en tout genre en Asie, mon porte-monnaie mental commençait à bondir.

C’est clairement l’anticipation et la préparation du voyage qui nous a permis de tenir le budget et de parvenir à créer un itinéraire équilibré. 

Conseil n° 1 : anticiper son road-trip en Floride en famille

travel booksEn réservant les billets d’avion au mois de février, nous avons eu suffisamment le temps de bien préparer notre road-trip en Floride en famille. Guides de voyage, forums, blogs : on a étudié les différents spots à visiter ou à éviter, évalué le montant des activités, etc.

Cette anticipation nous a permis de réserver des hébergements très en avance. Le top pour échelonner les paiements en amont et prévoir un budget annexe sur place.

Conseil n° 2 : estimer les distances et les temps de parcours

On le sait ; les États-Unis est un pays gigantesque aux distances élastiques. C’est pourquoi il est indispensable de calculer le temps et les kilomètres parcourus.

On ne part pas en vacances en Floride en famille pour passer des heures en voiture. Déjà, parce que les highways américaines sont aussi passionnantes que les autoroutes françaises. Et puis, parce que la patience des enfants connaît des limites très rapidement atteintes. Ils préféreront de loin jouer sur la plage ou explorer des réserves naturelles, et vous aussi !

Le mieux est donc de tabler sur 3 à 5 heures de route maximum. Et, si possible, en «saucissonnant» le trajet. On peut s’arrêter pour visiter un point d’intérêt, faire une pause déjeuner, ou piquer une tête dans l’océan ! C’est plus appréciable pour le conducteur et les occupants du véhicule 🙂

Gardez en tête que ces vacances en Floride en famille ne sont pas un marathon. L’heure est à la détente !

Conseil n° 3 : se renseigner sur la location de voiture en Floride

Quand on prépare son voyage en Floride en famille, le casse-tête de la location de voiture arrive très vite sur le tapis.

Difficile de s’y retrouver entre les tarifs, les assurances comprises, le kilométrage, les garanties, les options, etc.  Sans compter les interrogations sur le SunPass. Un bon GPS suffit-il ? Bon, alors, on le prend ce SunPass ou pas ? De quoi tomber chèvre !

Sur les forums, on lit tout et son contraire. On s’inquiète des arnaques des loueurs tellement les avis diffèrent d’un internaute à l’autre. On tombe toujours sur le post d’un utilisateur qui s’est vu retirer 1 000 € sur sa carte bancaire à son retour.

Bref, c’est un micmac sans nom qui mériterait une simplification.

Clairement, je n’ai pas de conseils à vous donner à ce sujet-là tant la qualité de services d’un loueur semble aléatoire d’une agence à l’autre.

Personnellement, j’ai choisi le loueur Sixt à Miami Beach pour sa situation (à côté de notre hôtel) et son prix (avec un cashback en plus). Par chance, tout s’est très bien passé 🙂

Itinéraire de mon voyage en Floride en famille

L’itinéraire de notre voyage en Floride a été conçu en fonction de 3 paramètres principaux : distances, tarifs des hébergements, points d’intérêts pour l’ensemble de la famille.

Mais l’élément capital était surtout notre fils de 2 ans et demi, toujours très attaché à ses couches-culottes et peu disposé aux visites. On a donc équilibré notre voyage en fonction de sa capacité à s’adapter de manière à ce que tout le monde soit le plus serein possible 🙂

Durée : 21 jours/19 nuits – Compagnie aérienne : Iberia

Itinéraire voyage en Floride

Distance parcourue : 2 500 kms environ en voiture de location

Des étapes variées : villes, plages, shopping et nature

Miami Beach

Ville mythique par excellence, Miami concentre tous les clichés des États-Unis. Elle est divisée en plusieurs «quartiers» qui occupent une superficie totale de 143 km2.

Miami Beach, c’est cette bande de terre en face de Miami qui longe l’océan atlantique sur des dizaines de kilomètres. D’où l’importance de sélectionner un hébergement proche du quartier Art Déco de South Beach (la partie la plus au sud de Miami beach). C’est cher mais c’est le meilleur endroit.

Key West

On ne présente plus ce point le plus au sud des États-Unis et le plus proche de Cuba. Comme posé sur la mer à l’extrémité du chapelet d’îles des Keys, c’est un paradis au calme caribéen. Une destination très prisée des touristes américains et du monde entier qui viennent assister au célèbre coucher du soleil. Complètement sous le charme, j’ai d’ailleurs consacré un article à Key West et à son atmosphère unique.  On ne se pose même pas la question : on y fonce !

Les réserves naturelles

On est loin de s’imaginer que les réserves naturelles parsèment la Floride. La nature y est omniprésente. La faune et la flore explosent sous le climat tropical. Partout, des parcs, des réserves ou des forêts sont aménagés.

On peut y faire du kayak, y rencontrer des lamantins, randonner jusqu’aux sources ou taquiner l’alligator.

L’entrée y est souvent payante. Des rangers passionnés veillent à cet environnement accessible et  préservé.

Saint-Augustine 

Saint-Augustine fait partie des villes fondatrices des États-Unis puisqu’elle a été fondée en 1565. Sans cesse occupée par les européens, elle a su conserver son authenticité sans tomber dans le côté «parc d’attractions». Le quartier historique est empreint d’une architecture hispanique. Il fait bon déambuler dans ses rues piétonnes et flâner dans ses échoppes traditionnelles. C’est l’une des rares destinations où l’on peut se promener à pied dans une ville à échelle raisonnable.

Orlando 

Orlando, c’est bien évidemment le siège des parcs d’attractions et la capitale des parcs à thème Disney. Nombreux sont les touristes qui y passent une semaine à enchaîner les loopings et à slalomer entre les attractions à sensation. À Orlando, mieux vaut avoir le cœur et le porte-monnaie bien accrochés. La ville est immense (300 km2) à l’image de l’offre hôtelière mais aussi des embouteillages. Le centre-ville (downtown) présente, quant à lui, guère d’intérêt. En revanche, Celebration (la ville rêvée et imaginée par Walt Disney) mérite de s’y arrêter.

Sanibel Island

Sanibel Island, c’est un lieu enchanteur sur le Golfe du Mexique où la principale activité est le ramassage de coquillages. Des plages, une réserve naturelle, des promenades à vélo et une urbanisation maîtrisée. Pour un peu, on la rebaptiserait Zenibel !

Naples

Gros coup de cœur pour cette ville balnéaire située au sud-ouest de la Floride, son sable blanc et ses dauphins autour du ponton. Les couchers de soleil y sont superbes et les rues commerçantes permettent de passer des soirées agréables.

Par contre, la ville est assez chic et les tarifs s’en ressentent. De loin, la meilleure étape balnéaire de notre séjour en Floride en famille.

Les outlets : la pause shopping

On m’avait bien dit que je pouvais partir en Floride les mains dans les poches. Avec des centres commerciaux discount (outlets) dans chaque ville, on peut facilement équiper toute la famille de pied en cap. L’astuce, c’est d’y acheter une valise et de la remplir 🙂 Prévoir une bonne journée de shopping en fonction de la superficie du mall (de 150 à 400 boutiques ouvertes jusqu’à 21h).

En période de soldes, ça peut être (encore) plus intéressant notamment chez Gap, Calvin Klein, Victoria Secret et Tommy Hilfiger.

Savannah en Georgie 

Après avoir vérifié que notre loueur de voiture nous l’autorisait, nous avons gagné la Georgie. Je rêvais, en effet, de visiter Savannah depuis la lecture d’un article du blog de Mathilde.

Et c’était une drôlement bonne idée ! C’est typiquement l’Amérique Old School avec ses chênes de Virginie qui occupent les trottoirs et ombragent les fontaines des squares. C’est dans cette ville que Forrest Gump raconte son histoire sur un banc en attendant le bus.

Hébergement en Floride : motels et cie

L’hôtellerie aux États-Unis est très standardisée. Pas de chichis, un hébergement c’est pour y dormir et rien d’autre. Oubliés les hôtels asiatiques aussi charmants que confortables qu’on quitte à regret.

De nombreuses chaînes quadrillent le pays. Les motels au bord des 4/6/8/12 voies sont une excellente solution d’hébergement pour un séjour en Floride en famille.

En plus, en été, c’est la basse saison et les tarifs fondent comme glace au soleil.

Les motels

Tous les motels et leurs chambres sont conçus sur le même plan. Peu d’originalité pour un maximum d’efficacité : des bâtiments à 2 étages, des chambres à deux lits, un lavabo dans la chambre et une salle de douche. C’est juste ce qu’il faut pour une famille avec deux enfants ou deux adolescents. 

Pour ma part, j’ai privilégié ceux qui disposaient d’une piscine et qui incluaient le petit déjeuner.

Si vous hésitez, sachez que cela ne sert absolument à rien de se fier aux étoiles. Elles ne correspondent pas aux normes européennes.

Les prix varient, quant à eux, en fonction du taux de remplissage. Ils ne sont donc pas un gage de catégorie.

On peut toujours se rabattre sur les commentaires des clients. Mais souvent, c’est le grand écart des avis entre «abominable» et «parfait».

Un conseil qui évite les (mauvaises) surprises : il faut impérativement vérifier si les taxes sont incluses dans le tarif de la chambre. Par exemple, le site de réservation Booking ne les incorpore pas par alors que Hotels.com affiche un tarif TTC.

Aux États-Unis comme dans d’autres pays, les taxes sont souvent en supplément. Et elles plombent la note de 10% à 15%.

Les campings (campgrounds)

Les campings américains offrent une bouffée d’air pur aux familles. Après une semaine en motels plus ou moins bien tenus, la perspective d’un séjour au grand air en bungalow prend des airs de paradis.

Puis, c’est quand même l’extase de retrouver une petite cuisine pour (re)manger sainement ! Et je ne parle pas des chambres séparées qui épargnent mes oreilles des ronflements de mon fils. La faute à ses (trop grosses) amygdales !

Hyper bien équipés, les campings permettent de renouer avec l’espace et les commodités. Aire de jeux pour enfants, laveries, terrasses, restauration, piscines, barbecue, mini-golf… en pleine nature.

L’occasion de nous rappeler de prendre garde aux alligators qui pourraient s’aventurer dans le point d’eau et d’observer d’autres (chouettes) animaux.

Les auberges de jeunesse

Les auberges de jeunesse ne sont pas uniquement ouvertes aux jeunes backpackers. Certes, les dortoirs sont les modes d’hébergement principaux. Mais, pas seulement ! Quelques chambres double ou quadruple avec salle de bains privatives sont aussi proposées aux couples ou aux familles.

À Miami, c’est le seul hébergement bon marché que nous avons dégoté. Bourré de charme avec une piscine et super bien situé, c’était une très bonne option. Le confort et la propreté de la chambre n’étaient pas franchement au rendez-vous. Une poussière au vu du tarif imbattable de 80 € la nuit.

Ça m’a paru tout de même étrange de faire la queue debout au petit déjeuner au milieu de jeunes gens du monde entier les yeux braqués sur leurs smartphones. J’avoue que je me serai presque sentie pousser des ailes de Ptérosaure.

Restauration en Floride : fast food et cie

Bon, on connaît bien la réputation de la «gastronomie américaine». Trop grosse, trop grasse, trop sucrée, trop salée ! Un concentré de graisses saturées, de portions disproportionnées et de boissons gazeuses.

Les clichés ont la dent dure même s’il ne sont pas dénués de vérité. Toujours est-il qu’on peut diversifier son alimentation aux États-Unis. Et la Floride est un état qui regorge d’influences latinos…

Les fast food

Sauf que lorsqu’on voyage en Floride en famille, le budget nourriture se doit d’être acceptable. Et les fast food représentent la solution la moins chère. Vu les calories ingurgitées et les portions, 1 repas et demi par jour suffit à contenter les estomacs les plus délicats.

Il y en a de toute sorte :  Five Guy’s, Burger King, Wendy’s, Mac Donald’s, Taco Bell, Arby’s et des milliers d’autres.

C’est rapide, climatisé, économique et on en trouve partout ! Les enfants en bas âge y apprécient les menus enfant ; et les adultes, le caractère décontracté et familial des lieux.

Les restaurants

Cuisine cubaine, latino-américaine, sudiste, de la mer, la Floride est l’un des états les mieux loti en matière de saveurs.

Nous ne sommes pas allés au restaurant à proprement parler pendant notre séjour pour des raisons pratiques et budgétaires.

Cependant, nous avons testé les enseignes Steak’n Shake et Denny’s. Ce sont des diners comme on en voit dans les séries américaines.

Globalement, il faut imaginer des fast food améliorés avec service à table et à l’assiette.

Steak’n Shake présente des tarifs légèrement supérieurs à un fast food classique. Leurs salades y sont bonnes et le menu enfant avec des macaroni and cheese a connu un franc succès dans notre famille.

Mais ce sont surtout leurs milkshakes qui déchirent tout. Mammammia ! De la bombe et une carte à prendre 3 kilos rien qu’à la parcourir. Les prix s’entendent là-aussi HT, pourboire en sus.

Les supermarchés

Nous avons surtout fréquenté les supermarchés lors de nos 6 nuits au camping à Orlando. On a ainsi rempli le frigo de yaourts, de fruits et de bouteilles d’eau.

Globalement, les prix sont équivalents voire plus chers qu’en France. Les horaires, par contre, sont hallucinants comme chez Walmart : 24h/24h. Ici, une fringale au beau milieu de la nuit peut être satisfaite sans aucune difficulté !

Dans les hypers, l’offre va de la pharmacie aux vêtements en passant par le rayon alcools et surgelés. Rien ne manque à nos appétits et à nos besoins européens.

Le mieux reste la marque Whole Foods Market aux produits bio, avec salad bar et produits «prêts à manger» de bonne qualité.

 

 

 

 

 

 

No comments